Communications. L’échange entre l’homme, l’animal et la plante dans l'Europe de la première Modernité
Third-party funded project
Project title Communications. L’échange entre l’homme, l’animal et la plante dans l'Europe de la première Modernité
Principal Investigator(s) Brancher, Dominique
Project Members Lesage, Augustin
Quentin, Florian
Organisation / Research unit Departement Sprach- und Literaturwissenschaften / Ältere franz. Literaturwissenschaft (Brancher)
Project start 01.09.2016
Probable end 31.08.2019
Status Completed
Abstract

Ce projet entend examiner les relations entre trois termes : homme, animal et plante, que l’histoire culturelle s’est longtemps contentee d’analyser de maniere duelle en privilegiant le couple homme-animal. Dans l’Europe de la premiere Modernite, des representations discursives sensibles aux interactions dynamiques entre ces trois communautes en ont construit une histoire partagee. L’etudier c’est renouer avec le sens premier du terme « communication », qui entre au debut du XIVe siecle dans la langue francaise avec le sens general de « maniere d’etre ensemble », avant de prendre ses acceptions modernes. En effet, et c’est le postulat central du projet, la reflexion sur les communications ontologiques qui brouillent les frontieres entre les especes fut a cette epoque indissociable de la question de la communication - au sens interdiscursif du terme - entre leurs membres. C’est pourquoi notre approche associe etroitement ces deux poles. Tout en mobilisant au premier chef les outils de l’analyse litteraire et de la theorie critique, le projet s’inscrit egalement dans l’anthropologie culturelle et l’histoire des sciences, l’ethnologie et d’autres disciplines encore, car l’interrogation theorique des frontieres ontologiques implique des aspects geographiques (en particulier pour le corpus des recits de voyage), linguistiques (latin vs vernaculaire), formels et generiques, a un moment ou les poetiques ne sont pas encore completement stabilisees - interdisciplinarite d’autant necessaire que les savoirs « scientifiques » de l’epoque s’integrent a des regimes d’ecriture tres differents des notres.Pour mesurer la complexite des echanges entre les regnes mais aussi entre les discours, tels qu’ils se deploient de la fin du XVe au second tiers du XVIIe siecle, on explorera un corpus pluridisciplinaire, marque par l’heterogeneite et des emprunts reciproques : production medicale, juridique et theologique, litterature agronomique et cynegetique, herbiers, recits de voyage, poesie de la nature, fictions romanesques, nouvelles, traites de poetique, etc. Les ouvrages, francais ou latins, publies en France, seront au cœur du projet, enrichis d’incursions dans l’ensemble des litteratures europeennes.L’enquete, menee de maniere collective, comportera trois etudes de cas. (1) On examinera les scenes de rencontre entre homme et animal, et le role joue par la narration en langue francaise dans la construction de cette relation. (2) On etudiera les invocations a la plante, qui reconnaissent une personnalite au vegetal, et la survivance de ces usages magiques a la Renaissance, ou l’homme demeure encore un peu frere de la plante. (3) Enfin, on examinera la maniere dont le discours humain s’est modalise autour de references organiques aux trois formes humaine, animale et vegetale. Minant a leur tour les postulats d’un logos caracteristique de notre espece, ces reflexions offrent un exemple typique de cette relation a trois termes qui servira d’horizon a l’enquete.Celle-ci releve donc d’une archeologie de la pensee occidentale du vivant ; elle rejoint les courants actuels qui s’attachent a complexifier la grande Histoire de cette pensee, et elle entend souligner ses fondements litteraires, l’enjeu etant de reconstituer un modele oublie de reflexion sur la communaute entre humanite et autres formes de vie.

Keywords communication; poétique; classification; animal; végétal; histoire culturelle; humain; histoire des sciences; première Modernité
Financed by Swiss National Science Foundation (SNSF)
   

MCSS v5.8 PRO. 0.447 sec, queries - 0.000 sec ©Universität Basel  |  Impressum   |    
16/09/2019